Rechercher
  • André Dubuc

Aya figure dans les meilleurs titres de Desjardins pour 2022

Le producteur montréalais d’or et d’argent Aya (Aya, à Toronto, à 9,19 $) figure parmi les meilleures idées d’investissement de Valeurs mobilières Desjardins dans le secteur des métaux précieux.


Aya est en fait son premier choix dans la catégorie des producteurs argentifères.


«Les prochains catalyseurs d'Aya ouvriront la voie à une année 2022 passionnante, écrit John Sclodnick le 10 décembre. Nous nous attendons à ce que la société présente une étude de faisabilité impressionnante pour le gisement Zgounder et qu'elle dépasse son objectif de ressources de 100 millions d’onces d’argent, avec une grande marge de manœuvre pour accroître encore plus ses ressources rapidement. »


Exploitant une mine au Maroc, Aya a été reprise en main en avril 2020 par le fondateur de Semafo Benoit La Salle. Depuis, le titre a été une étoile boursière passant de 1,50 $ à 9 $.


Le 14 décembre, Aya publiait justement la mise à jour tant attendue de ses ressources à Zgounder. « L'estimation a dépassé l'objectif de 100 millions, la ressource totale contenant désormais 102,5 millions d’onces d’argent, se réjouit l’analyste financier de VMD dans une note publiée le jour même. Dans la catégorie des ressources mesurées et indiquées, l'estimation actualisée des ressources contient 96,1 millions d’onces à une teneur de 306 grammes / tonne d’argent, ce qui représente une augmentation de 116% du nombre d'onces et de 9% de la teneur par rapport à l'estimation précédente publiée en mars 2021. Dans la catégorie des ressources inférées, les onces ont augmenté à 6,4 millions d’onces. »


L’analyste fait remarquer que l’hypothèse retenue du prix de l’argent, à 22,50 $ US, pour établir les ressources surpasse le prix au comptant ces jours-ci, autour de 22,10 $ US. Lors de l’estimé précédent des ressources, en mars 2021, Aya avait retenu une hypothèse de 20 $ US l’once.


Ce bémol n’ébranle pas l’enthousiasme de VMD le moins de monde. « Aya continue de bénéficier de catalyseurs intéressants qui devraient stimuler la croissance de la valeur actuelle net de la société. Nous considérons que l'estimation des ressources mise à jour aujourd'hui pave la voie à la publication prochaine d'une étude de faisabilité portant sur la hausse de production à Zgounder de 2 000 tonnes de minerai par jour pour un total de 2 700 tonnes de minerai par jour», écrit la firme de courtage dans son rapport daté du 14 décembre.


De plus, l’analyste fonde beaucoup d’espoir sur les résultats d’exploration à venir à la propriété Imiter bis, aussi au Maroc.


M. Sclodnick voit Aya à 12,75 $ d’ici un an et il en fait l’un de ses titres favoris du secteur des métaux précieux pour 2022.


Une autre de ses meilleures idées d’investissement en 2022 est le producteur d’or K92 Mining (KNT, à Toronto, 7,39$). Il s’attend à une augmentation de 30 % des ressources au gisement Kora de sa mine Kainantu en Papouasie-Nouvelle-Guinée sans que cette hypothèse ne se reflète pas le moins du monde dans le cours de l’action. Il a une cible de 11,75 $ au cours des 12 prochains mois.


Sa meilleure idée de titre junior est Skeena Resources (SKE, à Toronto, 12,85$). Selon lui, Skeena détient un actif de catégorie mondiale avec Eskay Creek, en Colombie-Britannique. VMD espère que la prochaine étude de faisabilité attendue d’ici la fin du premier trimestre 2022 vienne confirmer les promesses du gisement. La junior est en attente de ses permis de la part du gouvernement provincial et de la conclusion d’une entente avec la Première Nation Tahltan. Son prix cible se situe à 23,50 $.


VMD garde un oeil sur son favori de l’an dernier Minera Alamos (MAI.V, à Vancouver, 0,52$), qui passera du statut de junior à producteur aurifère avec le début de la production à la mine Santana. La firme de courtage a en mire un prix de 1,30 $. Elle regarde attentivement Prime Mining (PRYM.V, à Vancouver, 4,10 $) dont elle anticipe des résultats de forage fort positifs de la phase deux de sa campagne à Los Reyes. Le prix cible est de 7,25 $.



+++


VMD voit que du positif pour l’or 2022


Qu’importe les discours du président de la Fed Jerome Powell, Valeurs mobilières Desjardins s’attend à ce que les taux d’intérêt réels (après inflation) demeurent en territoire négatif en 2022. Un contexte habituellement favorable pour le métal jaune, souligne-t-elle dans un rapport sur le secteur des métaux précieux paru le 10 décembre dernier.


«Les taux réels négatifs sont l'une des influences les plus constantes sur le prix de l'or, écrit John Sclodnick de VMD, et le récent plongeon en territoire négatif en raison d'une inflation plus forte devrait se traduire par une hausse du prix de l'or, si l'histoire peut servir à quelque chose. »


Selon VMD, le haut niveau d’endettement des gouvernements et des ménages aux États-Unis limite la marge de manoeuvre de la banque centrale quand viendra le temps de remonter les taux d’intérêt pour combattre l’inflation. Dans le meilleur des scénarios, VMD voit l’once monter à 1950 $ US à court terme et l’argent à 25,50 $ US.


Investir dans l’or est un moyen de se prémunir des ravages de l’inflation sur le pouvoir d’achat relatif à nos épargnes. Le guide Investir dans l’or des auteurs François Riverin et André Dubuc détaille les façons les plus efficaces de se procurer de l’or à des fins d’investissement. Demandez-le à votre libraire préféré.

53 vues0 commentaire