Rechercher
  • André Dubuc

Les destins opposés de OLA et de USA

Dernière mise à jour : 26 mai 2021

Les deux sociétés ont beau avoir en commun le cofondateur de Franco-Nevada Pierre Lassonde parmi leurs actionnaires d’importance, le cours de leurs actions respectives évolue en sens opposé.


Commençons par Orla (OLA, à Toronto, 5,47$), société d’exploration sur le point d’exploiter sa première mine, Camino Rojo (partie oxydée), au Mexique qui a vu le prix de son action s’apprécier de 23 % en 14 jours, soit depuis notre blogue du 4 mai.


Orla a récemment dévoilé ses résultats financiers au premier trimestre. La construction de la mine se fait dans le respect du budget et de l’échéancier. À ce jour, les dépenses pour Camino Rojo sont de 64 millions de dollars américains sur un budget de 134 millions US. Au 30 avril 2021, Orla avait l’encaisse pour terminer la construction de sa mine à la suite du troisième et dernier prélèvement de 50 millions US sur la facilité de crédit de 125 millions US.


L'ingénierie pour le projet est à 95% terminée et la construction est terminée à 22%. La ligne électrique est terminée à 82%, et la première coulée d'or reste prévue pour T4 en 2021.


Deux catalyseurs pourraient pousser le cours de l’action vers de nouveaux sommets en 2021. Les détails économiques à propos des options de mise en valeur du projet Camino Rojo (enveloppe sulfurée) seront dévoilés au quatrième trimestre. Il s’agit du joyau des actifs d’OLA affichant des ressources de 7,5 millions d’onces. Le gros de la valeur de l’action repose d’ailleurs sur ce projet.


Avant ça, au deuxième trimestre 2021, la société rendra publique une mise à jour de l’étude de préfaisabilité pour son projet Cerro Quema au Panama. Fait nouveau, Orla a fait la découverte d’une nouvelle zone minéralisée de cuivre et d’or. «Une exploration plus approfondie est également prévue à la nouvelle découverte Cu / Au (Caballito), ce projet également en attente de renouvellement du permis», écrit l’analyste financier Ovais Habib de Scotia Capital, dans une note publiée le 14 mai.


Il garde sa cible de 7,25$, pour un gain potentiel de 50 % d’ici 12 mois pour Orla, dont 12 % des actions sont encore détenues par son fondateur Pierre Lassonde.


VMD décote American Gold and Silver


De son côté, American Gold and Silver (USA, à Toronto, 2,03$) a perdu 53 % de sa valeur depuis le début de l’année.


Les déboires se sont poursuivis à la mine Relief Canyon au Nevada pour le producteur d’or et d’argent qui compte Pierre Lassonde et Eric Sprott parmi ses principaux actionnaires avec respectivement 6% et 7% du capital actions de USA.


«Une quantité inconnue de matière contenant du carbone a été concassée, empilée et disséminée sur la plateforme de lixiviation, ce qui a entraîné une récupération plus faible que prévu du minerai d'or», a expliqué la société dans un communiqué le 17 mai.


En réaction, la société a réduit la valeur comptable de la mine de 55,6 millions US au premier trimestre de 2021. Une réduction supplémentaire de 23 millions de dollars US a touché aux stocks suite à la diminution attendue de la récupération des onces d'or broyées qui avaient été préalablement placées sur la plateforme de lixiviation.


«L'avenir de Relief Canyon est incertain à ce stade, a décodé le 17 mai l’analyste de Valeurs mobilières Desjardins David Stewart, car la présence de matériau contenant du carbone a rendu la phase d'exploitation minière non rentable avec l'infrastructure existante en place. Pour mieux comprendre la présence potentielle de carbone dans le reste du gisement, l'entreprise entreprend un programme de rééchantillonnage complet, dont les résultats

devraient être disponibles au T3»


VMD abaisse sa cote d’achat à conserver et fait chuter son prix cible de 5 $ à 2,40$.


Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule. American continue de voir l’exploitation de sa mine Cosalá au Mexique suspendue depuis février 2020 en raison de barricades érigées illégalement par une partie de la population locale. La société espère un retour en production quelque part au deuxième trimestre 2021.


En 2019, la production d’argent avait atteint 0,6 million d’onces. En 2021, la société espère malgré tout extraire 1 million d’onces à Cosalá pour ensuite passer à 2,5 millions d’onces les années subséquentes.

32 vues0 commentaire