Rechercher
  • André Dubuc

Orla découvre de l’or et du cuivre au Panama

La société d’exploration minière de Vancouver Orla (OLA, à Toronto, 5,34 $) a découvert début décembre du cuivre et de l’or dans un gisement situé à environ 1 kilomètre de sa propriété du Panama.


Fondée par le légendaire Pierre Lassonde, Orla est sur le point de passer au statut de producteur de petite taille avec la coulée des premiers lingots d’or d’ici la fin décembre à sa mine mexicaine de Camino Rojo. La construction de la mine s’est faite dans le respect du budget et de l’échéancier. Un rythme de production commerciale devrait être atteint d’ici la fin du premier trimestre 2022


Dans les récents développements dignes de mention concernant Orla, il faut parler de la publication d’une première estimation de ressources minérales pour son gisement Caballito au Panama, détenu à 100 %.


« L'estimation comprend des ressources sulfurées indiquées à 585 millions de livres de cuivre, 315 000 onces d’or et 2 260 000 d’onces d’argent. Il y a aussi des ressources inférées de 381 millions de cuivre, 155 000 onces d’or et 856 000 onces d’argent, écrit Ovais Habib, analyste chez Scotia Capital dans une notre à l’intention de sa clientèle.


«Nous pensons que les investisseurs verront cette annonce d'un bon œil, car les nouvelles ressources ajoutent de l'optionnalité et un potentiel supplémentaire pour Orla, poursuit-il.


Les ressources indiquées et inférées sont des onces d’or dans le sol, mais dont la rentabilité économique de l’extraction n’a pas encore été prouvée; contrairement aux réserves.


De son côté, Valeurs mobilières Desjardins souligne que le gisement Caballito était exclu de la plus récente étude de préfaisabilité au sujet de Cerro Quema, parue en juillet 2021. « L'estimation initiale des ressources de Caballito, qui s'élève à 1,1 milliard de livres, sera déterminante pour Cerro Quema », se réjouit John Sclodnick, analyste chez VMD.


À son point le plus rapproché, un kilomètre sépare Caballito de Cerro Quema. Une proximité qui permet à l’un des gisements de se servir des installations de l’autre, une bonne façon d’économiser des coûts. Orla prévoit une campagne de forage en 2022 visant à étendre la minéralisation connue et à forer de nouvelles cibles.


«La plus récente étude de préfaisabilité de Cerro Quema prévoit une exploitation par lixiviation de 81 000 onces d’or par an sur une durée de vie de six ans, mentionne M. Habib, de Scotia. Nous sommes impatients de voir les résultats des futurs forages d'exploration à Caballito ainsi que les mises à jour des plans de développement à Cerro Quema. »


Scotia garde une recommandation de performance de secteur pour le titre et maintient son prix cible de 7,25 $ d’ici un an. Prix identique chez Desjardins. VMD renouvelle sa recommandation d’achat du titre.

Jouer avec les nerfs des investisseurs


Orla, qui avait connu une année 2020 tout feu tout flamme, a mis la patience des investisseurs à rude épreuve. En date 10 décembre, le titre a perdu 25 % de sa valeur depuis le 1er janvier. Le creux a été atteint le 12 octobre dernier, à 3,71 $.

Depuis, c’est le bonheur ou tout comme. Le prix de l’action a atteint 5,93 $ à deux reprises : le 16 novembre puis rebelote le 8 décembre. À 5,34 $, au moment d’écrire ce blogue, Orla est en hausse de 44 % depuis deux mois. De quoi redonner espoir aux actionnaires.


«Parmi les catalyseurs à venir, nous attendons également avec impatience les résultats des tests métallurgiques sur le matériau sulfuré de Camino Rojo, écrit VMD ; ils éclaireront la publication des détails économiques sur la mise en valeur du projet de sulfures.»


D’abord attendue à la fin de décembre 2021, la mise à jour des ressources de l’enveloppe sulfurée à apparaître dans les détails économiques concernant les options de mise en valeur du gisement a été repoussée au premier semestre 2022.


Trois options sont sur la table : une mine souterraine, une mine à ciel ouvert exploitée par Orla ou encore une vaste fosse, mais dont le minerai serait traité non plus chez Orla, mais à l’usine Penasquito de Newmont en échange de 70% des parts de l’enveloppe sulfurée.


Rappelons que Pierre Lassonde, l’un des principaux actionnaires d’Orla, a réinvesti fin juin dans la société junior à un prix de 4,75 $ par action.

39 vues0 commentaire