Rechercher
  • André Dubuc

Orla : vers une production d’un demi-million d’onces par an

Dernière mise à jour : 24 juin

Le producteur d’or de petite taille Orla (Ola, à Toronto, 4,39 $) se propose d’acquérir un projet de mine au Nevada en faisant l’achat de Gold Standard Ventures (GSV, à Toronto, 0,51 $).


L’étude de faisabilité du projet South Railroad prévoit une production de 124 000 onces par an à un coût tout inclus de 1021 $ US l’once.


Si la transaction se finalise, Orla disposera d’ici quelques années de trois mines d’or (ressources en minéralisation oxydée) nécessitant peu de capital et disposant d’une marge bénéficiaire attrayante : Camino Rojo, au Mexique, Cerro Quema, au Panama et South Railroad, au Nevada.


En téléconférence, le patron d’Orla Jason Simpson a insisté sur les similitudes entre le projet South Railroad et Camino Rojo où Orla vient de réussir le tour de force de construire la mine dans les délais et à l’intérieur du budget prévu malgré un environnement inflationniste défavorable.


Une fois en exploitation, ces trois mines livreront environ 325 000 onces d’or par année. Orla arriverait au chiffre magique de 500 000 onces par an à terme grâce à l’atteinte des cibles d’exploration ambitieuses à chacune des trois propriétés et/ou par la mise en production des ressources en minéralisation sulfurée de ses trois propriétés, notamment à Camino Rojo.


L’acquisition des actifs de GSV se fait par échange d’action en raison de 0,1193 action d’Orla par action de GSV plus 0,0001 $CAN par action de GSV. Pour une valeur totale d’environ 242 millions CAN. Le prix proposé équivaut au moment de l’annonce de la transaction à un prix de 0,655 $ CAN par action de GSV, ce qui représente une prime de 35 % par rapport au cours moyen de l’action précédent l’annonce.


Une fois la transaction complétée en août prochain, les actionnaires d’Orla détiendront 87 % de l’entité fusionnée et ceux de GSV; 13 %.


Au premier coup d’oeil, l’analyste de Ovais Habib, analyste chez Scotia Capital, voit la transaction favorablement. «La société ajoute un actif rendu au stade de l’étude de faisabilité et 2,7 millions d'onces d'or à ses ressources tout en diversifiant son portefeuille et en mettant le pied dans une propriété au Nevada avec un potentiel d'exploration supplémentaire», écrit-il dans une note à sa clientèle.


La mine de Camino Rojo est en exploitation depuis décembre dernier. Pour ce qui est des projets au Panama et au Nevada, Orla attend le permis des autorités. Au Nevada, celui-ci devrait être octroyé d’ici 12 à 18 mois, a-t-on indiqué pendant la téléconférence. En attendant, Orla va aller de l’avant avec les travaux de génie et le processus d’approvisionnement.


Si d’aventure, le permis pour Cerro Quema devait sortir plus vite qu’au Nevada. Orla commencerait la construction de la mine panaméenne en premier. Sinon, ce sera le Nevada qui aura la priorité.


La construction des deux futures mines, Nevada et Panama, sera financée par les fonds autogénérés et par la dette. Le management ne prévoit pas de nouvelles émissions d’actions d’Orla. Une bonne nouvelle pour les actionnaires d’Orla qui ne se feront pas diluer davantage.


Par rapport à des producteurs d’or de taille semblable (de 200 000 à 500 000 onces d’or par année), Orla soutient avoir les coûts d’exploitation les plus bas, les meilleures perspectives de croissance et les ressources les plus abondantes parmi les New Gold (NGD, à Toronto, 1,55$), Lundin (LUG, à Toronto, 10,34$), Torex (TXG, à Toronto, 11,95$) et Centerra (CG, à Toronto, 9,12$). Naturellement, ce portrait n’est pas figé dans le temps et peut varier rapidement au gré des fusions et acquisitions.


L’annonce du mariage Ola-GSV est malheureusement mal tombée, soit lundi 13 juin, une journée marquée à l’encre rouge sur les marchés. Devant la possibilité que la Fed hausse ses taux directeurs de 75 points de base dans le but de calmer l’inflation, le prix de l’once d’or a pratiquement perdu 3 points de pourcentage entraînant tous les titres aurifères dans son sillage. Producteur mineur, Orla a davantage glissé que des géants comme Barrick, cédant près de 15 % de sa valeur dans la séance de lundi.


Depuis février 2021, l’action d’Orla s’est vendue dans une fourchette de prix allant de 3$ à 7$. Ces deux dernières années, le prix de l’action s’est souvent maintenu au-dessus de 4,40$. Scotia a un prix cible de 7$ d’ici un an. Desjardins de 7,50 $.


Les principaux actionnaires d’Orla sont Newmont et Pierre Lassonde.

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout