Rechercher
  • André Dubuc

Quoi de neuf avec Orla ?


La minière de Vancouver qui compte le légendaire Pierre Lassonde parmi ses principaux actionnaires a récemment rendu publics deux éléments d’informations susceptibles de stimuler l’activité sur son titre, qui en a bien besoin.


Orla (OLA, à Toronto, 4,88$), pour Or et Lassonde, a publié le 28 juillet une mise à jour de son étude de préfaisabilité datant de 2014 au sujet de son projet au Panama et, quelques jours plus tard, elle a annoncé des résultats de forage de définition prometteurs pour l’enveloppe sulfurée de son projet à Zacatecas, au Mexique.


Rappelons que Pierre Lassonde a réinvesti fin juin dans Orla à un prix de 4,75 $ par action.


L’enveloppe sulfurée de Camino Rojo est le joyau parmi les éléments d’actifs de la minière affichant des ressources de 7,5 millions d’onces. Un gisement comptant 5 millions d’onces et plus est considéré de catégorie mondiale et est susceptible par le fait même d’attirer l’attention des grands producteurs mondiaux d’or.


Il faudra voir comment les boursicoteurs réagiront à ces nouvelles.


En effet, l’action d’Orla se traîne les pieds jusqu’ici en 2021. En date du 20 juillet 2021, l’action avait perdu 35 % de sa valeur depuis le 1er janvier, l’une des moins bonnes performances de l’univers des titres aurifères couverts par l’analyste John Sclodnick de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) avec Americas Gold and Silver (USA, à Toronto, 1,68$), autre société comptant le cofondateur de Franco-Nevada (FNV, Toronto, 202,25$) parmi ses principaux propriétaires.

À sa décharge, Orla avait connu une année 2020 exceptionnelle passant de 1,48 $, le 13 mars 2020, à 7,51 $, le 4 août 2021. Elle avait fini l’année 2020 à 6,86 $. Il fallait s’attendre à un certain recul à défaut de nouveaux catalyseurs.


Orla va-t-elle maintenant mieux rebondir ? La société est sur le point de passer du statut de société d’exploration à celui de petit producteur avec la mise en exploitation d’ici la fin de l’année de l’enveloppe oxydée de son gisement à Camino Rojo au Mexique. Aux dernières nouvelles, le chantier s’effectuait dans le respect des budgets et de l’échéancier.


La valeur des actions des titres juniors est alimentée par la hausse du prix de l’or et par le potentiel d’une bonification des ressources et des réserves.


Les réserves sont des onces d’or dans le sol dont l’extraction est économiquement rentable dans les conditions actuelles. Les ressources sont également des onces d’or dans le sol, mais dont la rentabilité économique de l’extraction n’a pas encore été prouvée.


La perspective d’une bonification des réserves et/ou des ressources constitue la raison pour laquelle il reste possible de faire de l’argent avec ses titres juniors même dans un environnement où l’or est à la baisse.


Ceci dit, ce n’est pas le scénario auquel on adhère, bien au contraire. Nous croyons à une remontée du prix du métal jaune dans le contexte actuel marqué par une reprise, pas si temporaire, de l’inflation.


Résultats de forage

Le 3 août, Orla a diffusé des résultats de forage de définition prometteurs réalisés dans l’enveloppe sulfurée de Camino Rojo. En moyenne, elle a obtenu sur 14 trous une teneur de 2,44 grammes par tonne sur une distance de 24,8 mètres, une largeur appréciable. Cette teneur est trois fois plus élevée que la teneur mesurée actuelle à 0,88 gramme par tonne.


Pour vous donner une idée, une teneur de 1 gramme par tonne correspond à trouver l’équivalent de deux timbres-poste dans une tonne de minerai.


Ces résultats auront fort probablement une incidence positive sur la mise à jour des ressources de l’enveloppe sulfurée à apparaître dans les détails économiques concernant les options de mise en valeur du gisement.


Trois options sont sur la table : une mine souterraine, une mine à ciel ouvert exploitée par Orla ou encore une vaste fosse, mais dont le minerai serait traité non plus chez Orla, mais à l’usine Penasquito de Newmont en échange de 70% des parts de l’enveloppe sulfurée.


Toutefois, d’autres forages s’imposent sans doute pour venir confirmer ces bons résultats.


«Nous pensons, écrit l’analyste de VMD dans une note publiée le 3 août, que la publication des détails économiques sur la mise en valeur du projet de sulfures prévu plus tard cette année reposera sur des assises économiques solides et stimulera l'accroissement de la valeur actuelle nette de la minière, à un moment où la société dispose d’un plan de croissance crédible depuis la publication la semaine dernière de la mise à jour qui s’est avéré positive de l’étude de préfaisabilité à Cerro Quema au Panama.»


John Sclodnick de VMD garde son prix cible inchangé à 7 $ d’ici 12 mois. Il maintient sa recommandation d’achat sur l’action.


Étude mise à jour

L’étude sur Cerro Quema a été dévoilée le 28 juillet. Elle indique que la mise en exploitation du gisement panaméen créera une valeur actuelle nette (VAN) après impôt de 176 millions US à un prix de l’or à 1600 $ US. L’or est à 1800 $ US actuellement. Le taux de rendement interne de l’investissement initial de 164 millions US s’élève à 38 %.


La mise jour de l’étude affiche une teneur de 0,8 gramme par tonne, mieux que les 0,77 g/t de l’étude antérieure datant de 2014. La mise à jour se traduit aussi par une hausse de 15 % des réserves d’or. Celles-ci passent de 487 000 onces à 562 000 onces. Le gisement recèle aussi 1,5 million d’onces d’argent.


Le coût tout inclus s’élève à 626 $US l’once, ce qui est excellent. Cependant, la mine serait de très petite taille avec une production annuelle de 81 000 onces en moyenne pendant six ans seulement. Toutefois, VMD s’attend à un rehaussement des ressources à plus de 1 270 000 d’onces éventuellement, ce qui aurait pour effet de prolonger la vie de la mine.


Au net, le dévoilement de l’étude de préfaisabilité sur Cerro Quema ne change pas pour la peine les perspectives d’avenir d’Orla, mais elle a le mérite de clarifier le chemin à suivre pour Orla grâce à un projet à faibles coûts pour lequel une décision d’aller de l’avant avec sa construction sera prise prochainement.


«Un beau petit projet très rentable et c’est positif pour Orla. Avec une VAN après impôt de 176 millions US, ça ajoute de la valeur à Orla», estime François Riverin, journaliste minier à la retraite et coauteur du guide Investir dans l’or paru aux éditions Guy Saint-Jean en 2020.




62 vues0 commentaire